Argumentaire

Contexte

Depuis 20 ans, le Master IFAC (anciennement DESS FAC, puis Master FAC), « Ingénierie et Fonctions d’Accompagnement en Formations », forme les profesionnels des métiers du conseil et de l’accompagnement, dans les champs de l’apprentissage, de la santé, et du social, de l’insertion et des transitions professionnelles. Le DESS puis le Matser ont accompagné en France l’émergence des dispositifs de reconaissanxe de l’expérience et des nouveaux métiers liés à ces dispositifs.

Cette formation, ainsi que les travaux de recherche auxquels elle s’adosse, offrent depuis 1996 des occasions de partenariat entre le département des sciences de l’éducation et de la formation, l’Université de Tours et les acteurs locaux : la ville de Tours, les collectivités territoriales, les établissements dédiés à la formation, à l’apprentissage et à l’insertion professionnelle. Plus de 400 professionnels, sur le territoire et à l’échelle nationale, sont issus de cette formation.

À l’occasion des 20 ans de cette formation, le colloque « Éthique de l’Accompagnement et Agir Coopératif » nous permet de revenir sur cette expérience, en faisant le bilan et en dégageant des perspectives sur les plans pédagogique, partenarial et scientifique. Il sera un temps fort de rencontre entre les professionnels, les partenaires institutionnels et les chercheurs dans le champ de l’accompagnement, de la formation, de la santé et du conseil.

Argumentaire

En 2003, un premier colloque à Fontevraud, co-organisé avec l’Université Catholique de l’Ouest, a marqué cette articulation entre recherche et formation en questionnant « l’accompagnement en formation dans ses paradoxes ». Le colloque de 2016 l’interroge dans ses dimensions éthiques pour en penser les dimensions coopératives à l’échelle interindividuelle et collective.

La notion d’accompagnement est aujourd’hui largement travaillé dans l’espace francophone par des équipes de recherche, dans les champs notamment de l’éducation, de la santé, du social et de la formation. C’est aujourd’hui une préoccupation centrale pour nombre de professionnels œuvrant dans ces domaines. Elle favorise, de ce fait, la rencontre entre acteurs de la communauté scientifique, professionnels de terrain et acteurs institutionnels.

Le colloque vise à penser l’accompagnement à l’intersection de trois dimensions :

  • socio-juridique : quelles transformations sont en jeu dans les dispositifs et les structures qui accompagnent l’insertion, les évolutions professionnelles, la reconnaissance de l’expérience, l’alternance, mais aussi les parcours éducatifs et de formation, la prise en charge des patients et les actions de médecine préventive et d’éducation thérapeutique ?
  • technico-pédagogiques et relationnels : quelles sont les pratiques, les modèles de référence et les postures qui organisent l’activité des professionnels de l’accompagnement ? Comment s’adaptent-ils à l’évolution des dispositifs et aux enjeux sociétaux actuels ?
  • anthropo-formatifs et cognitifs : quels sont les processus en jeu dans l’expérience des acteurs de l’accompagnement et des sujets et collectifs accueillis ? Comment chercheurs, professionnels et acteurs institutionnels peuvent-ils articuler leur expertise respective pour produire des dispositifs d’accompagnement ?

Par la réflexion à partir de ces trois dimensions, le colloque s’intéressera aux métiers et fonctions de l’accompagnement dans leurs évolutions : émergence du conseil en évolution professionnelle, dispositifs de VAE collective, parrainage et compagnonnage, reconnaissance et réciprocité dans les situations de dépendance… Il se penchera plus particulièrement sur les thématiques suivantes :

  • les possibilités d’articulation entre des modèles traditionnels d’accompagnement privilégiant la relation interindividuelle et des formes d’accompagnement collectif fondées sur des modèles coopératifs
  • les enjeux et effets des pratiques d’accompagnement collectif sur le développement du pouvoir d’agir des personnes et des communautés
  • les enjeux éthiques de la relation et des pratiques d’accompagnement, en tant notamment qu’ils peuvent être communs aux champs de la santé et de la formation.

Dans ce contexte, l’accompagnement est pensé non pas comme un ensemble de méthodes visant à soutenir des parcours individuels normés, mais comme une fonction anthropologique fondamentale, assumant les processus de réciprocité et de co-réflexivité dans les pratiques interindividuelles (du conseil, de l’orientation, de la consultation, du soin…) et les dynamiques collectives des communautés et groupes professionnels.

 

 

Advertisements